La première européenne de “Souvenance“ d'Anouar Brahem, au Prinzregententheater à Munich a été accueillie par une longue standing ovation. Dans ce concert à guichets fermés, Brahem était accompagné par Francois Couturier, Klaus Gesing, Björn Meyer et l'Orchestre de Chambre de Tallinn, dirigé par Risto Joost. La télévision publique allemande ARD a largement couvert l'événement dans son télé journal du soir.

La première européenne de “Souvenance“ d'Anouar Brahem, au Prinzregententheater à Munich a été accueillie par une longue standing ovation. Dans ce concert à guichets fermés, Brahem était accompagné par Francois Couturier, Klaus Gesing, Björn Meyer et l'Orchestre de Chambre de Tallinn, dirigé par Risto Joost.
La télévision publique allemande ARD a largement couvert l'événement dans son télé journal du soir.

Succès triomphal de la première de “Souvenance“ à Carthage

Succès triomphal de la première de “Souvenance“ à Carthage
C'est avec éclat qu'Anouar Brahem vient rompre une absence de plus de quatre années de la scène tunisoise. La première de Souvenance est donnée  le 10 juillet 2014  au théâtre romain de Carthage, en Ouverture de la 50ème session  du Festival International de Carthage.
Plein de grâce et de mystère, tour à tour hypnotique, austère et d’une grande force dramatique, “Souvenance“ a  réuni Anouar Brahem au oud, François Couturier au piano, Klaus Gesing à la clarinette basse, Bjorn Meyer à la basse, et l'Orchestre de Chambre de Tallinn sous la direction de Risto Joost.

Dans un théâtre comble et devant 7500 spectateurs, “Souvenance“ reçoit une ovation.

Anouar Brahem avait présenté "Nuit d’Oiseau" en ouverture de la session 1988 et  “Ceinture d'Or“ en clôture de la session 1992 du même festival.

Ce concert a été présenté en avant première et avant la sortie de l'Album prévue début 2015.

“Ouverture grandiose, à la hauteur de l’événement, théâtre plein, le public adhère et répond par une ovation appuyée. (…) Solennité. Il y a comme de la poésie dans l’air.“ La Presse

“L’espace était enveloppé de silence pendant tout le concert et l’audience a été  emportée dans un voyage de souvenance, qui ne manque pas de  dimensions philosophique et spirituelle ; un voyage  qui  va  au plus profond de l’esprit et des entités culturelles sur lesquels il s’ouvre (…) dans une approche alliant  imagination et   réalité.“ As-Sabah

“Un spectacle qui renferme autant d’amertume, et de tristesse exprimée par les  sonorités  du violon, de la clarinette, de la (guitare)basse, du oud et des sons de l’orchestre, que d’espoir impétueux pour un lendemain où la Tunisie jouira de la liberté“ Al-Akhbar

   

Le trio mythique "Thimar" (Anouar Brahem, Dave Holland, John Surman) s’est reformé pour un « émouvant » concert au Festival de Jazz d'Ottawa

Le trio mythique "Thimar" (Anouar Brahem, Dave Holland, John Surman) s’est reformé pour un « émouvant » concert au Festival de Jazz d'Ottawa
Un an après s'être produit l'été dernier au Festival International de Jazz de Montréal, au NorthSea Jazz Festival à Rotterdam et au Molde Jazz Festival.Selon le site allaboutjazz.com: « leur concert à Montréal en 2011 était magique (…) la performance du trio à Ottawa a réussi à surpasser celle de Montréal (…)une explosion absolue dans le public (…) des applaudissements sans fin (…) Brahem, Surman et Holland livrent un spectacle d'une beauté subtile qui transforme pulsations douces et imagination débridée en une pollinisation musicale croisée des plus sublimes jamais vécues par ce nombre très limité des habitants de l'Ottawa.
Article intégral en anglais

Surman.Brahem.Holland.Christian-Ducasse-small

Dans le cadre d’une carte blanche offerte par le festival de Montréal, Anouar Brahem s’est produit trois soirées consécutives au sein de formations différentes liées à trois de ses grands disques publiés par le label ECM…

Dans le cadre d’une carte blanche offerte par le festival de Montréal, Anouar Brahem s’est produit trois soirées consécutives au sein de formations différentes liées à trois de ses grands disques publiés par le label ECM…

Pour cette occasion Il a choisi de reconstituer "Thimar", trio rare et fondateur avec le saxophoniste John Surman et le contrebassiste  Dave Holland qu'il a imaginé en 1998 à l’occasion de l’enregistrement du disque "Thimar". Il s'est ensuite présenté sur scène avec son autre trio atypique et extrêmement singulier "Le Voyage de Sahar" accompagné du pianiste François Couturier et de l'accordéoniste Jean-Louis Matinier… Et enfin avec son nouveau projet "The Astounding Eyes of Rita", accompagné de Klaus Gesing à la clarinette et Björn Meyer à la basse (le percussionniste Khaled Yassine n’ayant pu rejoindre le groupe à Montréal)

Une presse unanime a salué son passage et sa musique, à l’image du plus grand quotidien de Montréal le Devoir qui la définit ainsi :

"La musique jusqu'à l'excès… C'était presque trop… il faisait jaillir la lumière et transmettait l'écho de l'immensité du silence … Une beauté immense",

"Chaque festival de Jazz est marqué par des soirées particulières qui laissent à l'auditeur quelque chose de mémorable… un mystère divin à chaque virage …Une heure et demi de pure magie… la musique magnifique de Anouar Brahem interprétée à la perfection…Un public ému comme jamais je ne l'ai vue" commente "The gazette".

"La musique d'Anouar Brahem est un mirador d'Afrique, et ce mirador offre une vue imprenable sur le monde …Superbe". Selon le quotidien Montréalais "La Presse".

On ne saurait mieux dire !

Anouar-Brahem-Trio-CF-Wesenberg-small  Surman.Brahem.Holland.Christian-Ducasse-small  IMG_5093 Alexander Zuckrow

Anouar Brahem a reçu un Echo Jazz pour son album “The Astounding Eyes Of Rita“ (ECM records). Il  a été élu instrumentiste international de l’année en 2010 dans la catégorie : autres instruments

Anouar Brahem a reçu un Echo Jazz pour son album “The Astounding Eyes Of Rita“ (ECM records). Il  a été élu instrumentiste international de l’année en 2010 dans la catégorie : autres instruments

Le prestigieux Echo Deutscher Musikpreis est une récompense décernée chaque année par la Deutsche Phono-Akademie regroupant toutes les maisons de disques de l'Allemagne. Ce prix – l'équivalent du Grammy Award américain – est considéré comme la plus haute récompense musicale allemande . Depuis 1992, année de sa création, il est décerné à des lauréats des diverses catégories. Le “Musikpreis“ fait honneur aux réalisations exceptionnelles d'artistes nationaux et internationaux.

Aux dires du jury :

“[Brahem] est un joueur d'oud qui explore des territoires sonores cachés ; avec une réflexion et une bienveillance constantes, il s'est immergé dans l'histoire de la musique arabe, et plus généralement dans l’art de la musique islamique…“

“Fasciné par le cinéma, le théâtre et la danse, [Brahem] recherche des traces musicales dans d'autres genres artistiques pour les transformer en un distillat musical : élégance, transparence, simplicité et, surtout, un style et un son uniques, incomparables.“

“L'oud de Brahem nous aide à découvrir un monde qui, bien que familier en apparence, continue de nous fasciner et de nous surprendre par des détails sans cesse renouvelés.“

echo jazz

Le 9 décembre 2009, dans la foulée de la parution de son disque “The Astounding Eyes Of Rita“ (ECM), Anouar Brahem interprète le répertoire de ce nouvel album dans la mythique salle Pleyel de Paris avec Björn Meyer à la basse,  Klaus Gesing à la clarinette et Khaled Yassine à la darbouka et au bendir. Devant une salle archi comble et après plusieurs rappels, le groupe reçoit une longue standing ovation: un triomphe qui fait suite à la fabuleuse prestation …

Le 9 décembre 2009, dans la foulée de la parution de son disque “The Astounding Eyes Of Rita“ (ECM), Anouar Brahem interprète le répertoire de ce nouvel album dans la mythique salle Pleyel de Paris avec Björn Meyer à la basse,  Klaus Gesing à la clarinette et Khaled Yassine à la darbouka et au bendir. Devant une salle archi comble et après plusieurs rappels, le groupe reçoit une longue standing ovation: un triomphe qui fait suite à la fabuleuse prestation du quartet ce soir-là.

A l’issue de ce concert et lors d’une réception en présence du producteur du label ECM, Manfred Eicher – label qui célèbre en 2009 ses quarante ans d’existence et dont Anouar Brahem est l’un des plus éminents représentants - Anouar Brahem reçoit la médaille de Chevalier des Arts et des Lettres par le ministre de la Culture et de la Communication française, Frédéric Mitterrand, asseyant ainsi officiellement le rayonnement artistique de sa musique en France et dans le monde.

"Pleyel, décembre 2009… Le concert du Tunisien Anouar Brahem vient de se terminer avec une standing ovation rarement entendue dans cette mythique salle... Trois rappels. Une salle debout, ivre d’un bonheur rare, si rare"
Hugues Blondet,  La pensée de Midi -  Actes Sud

"De notre envoyé spécial à Paris… Sur la grande scène de Pleyel… la musique du virtuose tunisien réchauffe le silence d'un grain oriental tenace, presque groovy… 2 000 spectateurs lâchent des soupirs de plaisir… A Pleyel, Brahem fait un triomphe.
Philippe Cornet,  Le Vif - L'Express

"Rares sont les albums aussi parfaits que celui-ci… Cet enregistrement en quartet surpasse tout ce que j'ai entendu d'Anouar Brahem jusqu'à présent.
Phil Johnson, The Independent

Pleyel light- Kuba Boski

Le film 'Mots d'après la guerre' qu' Anouar  Brahem a produit et réalisé vient d'être sélectionné par le prestigieux festival de cinéma de Locarno qui se tient chaque année en Suisse et sera projeté en première mondiale le 4 Août prochain.

Le film 'Mots d'après la guerre' qu' Anouar  Brahem a produit et réalisé vient d'être sélectionné par le prestigieux festival de cinéma de Locarno qui se tient chaque année en Suisse et sera projeté en première mondiale le 4 Août prochain.

Le film se situe au Liban et s'articule comme un récit autour d’entretiens recueillis auprès d’ artistes et intellectuels libanais au lendemain du cessez le feu intervenu après la guerre de l'été 2006 entre Israël et le Liban.

Des hommes et des femmes de générations et de confessions diverses, livrent à vif et avec une émotion et une sincérité rares leurs témoignages sur ce qu'ils viennent de vivre.

Projection officielle: Samedi 4 août, au Cinéma Rialto 1 à 18h30

Locarno

Anouar Brahem obtient la plus grande distinction de l’industrie musicale des Pays-Bas.

Anouar Brahem obtient la plus grande distinction de l’industrie musicale des Pays-Bas.

Lors de l'annonce du palmarès le jury s'est exprimé en ces termes: "Le musicien tunisien Anouar Brahem propose  avec "Le voyage de Sahar" un  album époustouflant, beau et intense."

L’Edison Award est une récompense néerlandaise décernée pour "des productions sonores d'une qualité exceptionnelle". Créé en 1960, c'est le plus ancien prix des Pays-Bas, représenté par une statuette en bronze due au sculpteur Pieter d’Hont. C'est l'équivalent du Grammy Award aux États-Unis, L’Echo Jazz en Allemagne et la Victoire de la Musique en France.

Parmi les précédents lauréats, on peut citer Herbie Hancock, Wayne Shorter, Branford Marsalis, Dave Douglas, Cassandra Wilson, Pat Metheny ...

Edison Award

Au palmarès 2001 du magazine allemand "Musikmarkt" consacré à l'industrie phonographique, l'album Astrakan Café du musicien Anouar Brahem – avec des musiques panarabes improvisées – coiffe toute la concurrence Jazz en se classant 2ème. Le palmarès "Jazz Chart 2001" du Musikmarkt est la synthèse des classements individuels obtenus dans l'année.

Au palmarès 2001 du magazine allemand "Musikmarkt" consacré à l'industrie phonographique, l'album Astrakan Café du musicien Anouar Brahem – avec des musiques panarabes improvisées – coiffe toute la concurrence Jazz en se classant 2ème. Le palmarès "Jazz Chart 2001" du Musikmarkt est la synthèse des classements individuels obtenus dans l'année.

astrakan café

Retour en haut de page